Électroculture : l’électricité pour des plantes en meilleure santé

Vous rêvez de jardiner sans pesticides ni produits chimiques pour avoir un potager sain et équilibré ? Vous recherchez des techniques efficaces pour stimuler la croissance de vos plantes et obtenir des récoltantes abondantes ? Tout ceci est possible avec l’électroculture. C’est précisément l’utilisation de moyens électriques pour booster le développement des végétaux. L’objectif ? Bénéficier d’une agriculture viable et respectueuse de l’environnement. Voici en détail tout ce que vous devez savoir sur cette pratique qui vous permettra d’aborder les plantes autrement.

Électroculture : une technique révolutionnaire utilisée par nos grands-pères

Contrairement à ce qu’on peut croire, ce procédé n’a rien de nouveau. En 1748, au début de la domestication du courant électrique, un professeur de physique expérimentale à l’Université de Paris constate que les plantes poussent plus vite et en meilleure santé lorsqu’elles sont proches de champs électriques. De nombreux essais sont réalisés. En 1912, plus de 450 savants effectuent des recherches et alimentent ce sujet. L’utilisation de l’électricité pour doper la croissance des plantes promettait, alors, l’essor de pratiques durables et pérennes pour une agriculture viable. Pourtant, après la Seconde Guerre mondiale, plus aucune recherche n’est menée. Le développement de l’agriculture se fait uniquement à l’aide de produits chimiques. La faute, selon une poignée de résistants, aux industriels de l’agrochimie.

Quelque peu oubliée, l’électroculture fait son retour en force dans les jardins et les champs ; l’envie pour beaucoup d’agriculteurs et de jardiniers passionnés de changer leurs pratiques pour des techniques plus écologiques.

De l’électricité dans votre jardin, pas si farfelu que ça !

L’électroculture n’a rien d’insensée. Les courants électriques sont déjà présents dans le sol (à faible intensité) et dans l’air (à plus forte dose). L’électricité est, en réalité, inhérente à toutes formes de vie sur Terre. Lorsqu’une personne fait un arrêt cardiaque par exemple, on utilise des électrochocs (i.e. qu’on lui administre un choc électrique) pour la réanimer. Les orages produisent également une électricité pouvant atteindre plusieurs millions de volts. D’ailleurs après une pluie orageuse, chargée d’une certaine énergie électromagnétique, les agriculteurs observent que les plantes poussent plus vite. Ceci est un phénomène électrique : la terre se décharge de ses électrons dans l’atmosphère et les orages viennent la recharger. En somme, l’électroculture ne fait qu’amplifier ces manifestations électriques naturelles. Sous l’action des champs électriques, les liquides se déplacent de façon efficace. Ainsi, avec les techniques de l’électroculture, l’eau présente dans les sous-sols est attirée et remonte plus facilement vers les racines des plantes.

En somme, les agriculteurs obtiennent des plantes qui poussent plus vite, de meilleure qualité et des cultures plus saines. L’électroculture augmente également considérablement la vie du sol, avec des densités de vers de terre multipliées. Elle permet de se passer des produits chimiques, engrais et pesticides, et favorise ainsi une croissance naturelle et durable des plantes.

Électroculture, mode d’emploi

Elle est applicable à tous types d’agriculture : conventionnelle, bio ou permaculture.  Voici deux méthodes d’électroculture passive utilisant uniquement les énergies libres, disponibles dans l’air et sous la terre.

La boucle Lakhovsky

Très facile à mettre en place, il s’agit d’une boucle en cuivre à installer autour de la plante.

Objectif : attirer l’énergie déjà présente dans l’air pour l’augmenter à l’intérieur de la boucle.

Matériel :

  • un fil en cuivre (isolé ou non) ;
  • deux baguettes en bois ;
  • et votre plante.

Méthode pas à pas :

  1. percer une extrémité de chaque baguette ;
  2. insérer à l’intérieur de chaque trou le fil de cuivre ;
  3. installer les baguettes à 10 – 20 cm autour de la plante ;
  4. patientez le temps de pousse de la plante !

Résultat : une plante en bonne santé et plus robuste face aux maladies.

Ça ne fonctionne pas ? Vérifier votre installation : la plante ne doit pas toucher le fil de cuivre, sinon cela risquerait d’annuler ses effets bénéfiques.

L’antenne paratonnerre

C’est une antenne en cuivre surmontée d’une tête en fil de fer galvanisé, installée dans le sol. Plus elle sera haute, plus son champ d’action sera important.

But : créer une différence de potentiel entre l’air, chargé d’ions positifs, et le sol, chargé négativement. De cette façon, les échanges électriques entre l’air et le sol permettront de stimuler la croissance des micro-organismes des végétaux.

Matériel :

  • un piquet en bois de 3 à 5 mètres ;
  • une bobine de fil de fer galvanisé ;
  • du fil de cuivre ;
  • un morceau de bois d’environ 10 × 4 × 1 cm ;
  • deux vis ;
  • une visseuse ou un tournevis ;
  • une pince coupante.

Méthode pas à pas :

  • réaliser une étoile avec votre fil de fer galvanisé. Plus les branches sont importantes, plus l’antenne captera de l’électricité dans l’air ;
  • fixer l’étoile sur le piquet en enroulant le fil de fer ;
  • visser le morceau de bois sur le fil de fer pour le maintenir au piquet ;
  • enrouler le fil de cuivre tout autour du piquet jusqu’au sol ;
  • planter le piquet à environ 50 cm de profondeur et enterrer le fil de cuivre à plus de 20 cm ;
  • pour optimiser ses effets, vous pouvez mettre en place un grillage galvanisé à 3 mètres de l’antenne, enterré à 20 cm.

Résultat : des plantes plus fortes, de belles récoltes, et moins de parasites.

Ça ne fonctionne pas ? Vérifier l’emplacement de votre antenne. Si elle est plantée près d’un arbre, il est possible que ce dernier capte l’électricité de l’air à sa place. Si elle est proche d’une ligne électrique, cela peut aussi entraver son action. Quoi qu’il en soit, essayer de déplacer votre antenne paratonnerre pour l’installer dans un meilleur endroit, quelques mètres plus loin par exemple.

Ce qu’il faut retenir :

  • L’électroculture permet d’obtenir des récoltes plus abondantes.
  • La santé des légumes et leur feuillage sont nettement améliorés.
  • Les plantes sont de meilleure qualité grâce à l’action électrique, sans aucune utilisation de substances chimiques.
  • L’électroculture favorise des solutions durables, pour une agriculture plus productive.

Et vous, avez vous déjà essayé l’éléctroculture ? Si oui, n’hésitez pas à témoigner de vos résultats, positifs comme négatifs, dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.