Comment réussir ses plantations de légumes au potager ?

Avant de vous parler de potager plus en détail, commençons par voir les pratiques générales de culture qui s’appliquent à tous. Trois points sont essentiels pour la culture des légumes. L’élimination des mauvaises herbes, l’aération de la terre et le maintient de l’humidité.

Voyons cela plus en détail.

L’élimination des mauvaises herbes

En ce qui concerne les mauvaises herbes, tout jardinier doit connaître l’importance qu’il y a à garder son jardin propre. Celui qui a connu l’amère et coûteuse expérience de laisser pousser les mauvaises herbes sait qu’une journée ou deux de laisser-aller suivi d’un jour ou deux de pluie peuvent facilement doubler voire tripler le travail de nettoyage d’un carré d’oignon ou de carottes.

Le chardon, une mauvaise herbe qui pousse facilement

La lutte contre les mauvaises herbes est permanente !

Les mauvaises herbes poussent très rapidement et atteignent vite une taille telle que les arracher ne peut se faire sans abîmer les cultures les plus proches. Le jardinier réalise également, ou devrait réaliser que chaque jour de pousse d’une mauvaise herbe, c’est autant de nutriments en moins pour sa culture.

L’aération de la terre

Plutôt que de laisser les mauvaises herbes voler les nutriments des plantes potagères, le jardinier doit redoubler d’effort pour nettoyer son potager. L’arrachage fréquent permettra de casser les mottes de terre laissant ainsi entrer l’air, l’humidité et la chaleur. Tous trois sont essentiels pour procéder au changement chimique nécessaire qui convertit les nutriments non disponibles en nutriments disponibles.

Une plante pousse sur une terre bien aérée

Bien avant que la science ne le découvre, les cultivateurs avaient appris par l’observation la nécessité de maintenir la terre bien aérée sur leurs cultures. Les plantes ont besoin de respirer, les racines ont besoin d’air.

Le maintient de l’humidité

À présent, arrêtons-nous un instant sur l’eau, qui est aussi essentielle que l’air au travers d’une petite expérience pratique: Prenez un morceau de papier buvard, trempez une extrémité dans l’eau et voyez l’humidité monter le long du papier jusqu’à vos doigts. C’est ce que les scientifiques appellent la capillarité, l’eau s’échappe dans de petits tubes invisibles formés par la texture du papier.

Maintenant, prenez un autre papier buvard identique et coupez-le en deux, maintenez les deux morceaux fermement ensemble et renouvelez l’expérience. L’humidité refuse de franchir la ligne : la connexion a été rompue.

Des gouttes de pluie glissent sur un brin d'herbe

L’humidité sur le sol s’évapore très rapidement.

De la même manière, l’eau qui a pénétré dans la terre après une pluie commence de suite à s’échapper dans l’atmosphère. L’eau restée en surface est la première à s’évaporer, celle qui est en profondeur commence à remonter à la surface. Elle quitte votre jardin par les millions de petits tubes de la terre aussi sûrement que si vous pompiez avec un tuyau et un moteur à essence jour et nuit.

Sauvez votre jardin en mettant fin au gaspillage. C’est la chose la plus facile au monde que de couper le tuyau. Les tuyaux de la plupart des légumes ne sont pas bien profonds, en travaillant fréquemment la terre ces tuyaux sont rompus et un paillis de poussière est maintenu en place aidant à conserver l‘humidité.

Travaillez votre sol à la grelinette, paillez votre potager pour maintenir une humidité constante.

Quelques conseils pour le potager

Après m’être penchée sur la nécessité de bien soigner son jardin, j’en viens tout naturellement aux méthodes d’entretien. Procurez-vous une houe sur roue. La plus simple saura non seulement vous économiser un temps précieux de travail, mais en plus elle fera le travail beaucoup mieux que si vous le faisiez à la main. Vous pouvez très bien vous en passer, surtout si votre potager n’est pas bien grand, mais je peux vous assurer que vous ne regretterez jamais ce petit investissement. De plus, avec une houe sur roue, préserver le paillis devient très facile.

Essayez de sarcler toute la surface de votre jardin, spécialement sur les zones non ombragées, une fois tous les 7 à 10 jours. Cela vous semble-t-il trop de travail ? Vous pouvez y passer votre houe sur roue qui maintiendra ainsi la protection constante formée par le paillis de poussière. Si vous attendez trop avant de désherber, vous allez vite vous retrouver envahi par les mauvaises herbes qui priveront vos plantes des nutriments disponibles et rendront le travail de désherbage plus long et plus pénible.

Et vous, faites vous attention aux trois points cités ci dessus ? Avez vous des astuces pour donner un maximum de chance à vos légumes ?Venez en discuter sur les réseaux sociaux !

Comment réussir ses plantations de légumes au potager ?
5 (100%) 1 vote

No Responses