Vade retro bio fourmis maison

Fourmis maison, repoussez-les

Les fourmis sont des insectes qui viennent volontiers dans la maison. Dans la maison, les fourmis communes ne sont pas nocives, mais elles sont une nuisance.

Il y a beaucoup de répulsifs naturels qui peuvent être utilisés pour décourager les fourmis sur les comptoirs de cuisine, dans les garde-manger, et d’autres zones où la nourriture les attire vivement.

Fourmis maison, d’abord dehors

Dans un premier temps, essayer d’empêcher les fourmis d’entrer dans la maison.

Utilisez des engrais chimiques et des pesticides en beaucoup moins dans la pelouse et le jardin. Cela cause un déséquilibre dans la composition biologique du sol. Le sol et les plantes stressées attirent les fourmis.

De nombreuses espèces de fourmis maison aiment boire le miellat des pucerons. Si un bon contrôle des pucerons, dans les plantes et les jardins près des maisons, est exercé, les fourmis seront moins nombreuses. Les fourmis maison semblent ne pas aimer la menthe commune, la tanaisie, et la menthe pouliot (ou sauvage). Plantez-les à proximité de la maison pour garder les fourmis éloignées. La plante Sweet Fern est détestée par les fourmis rouges, malheureusement elle pousse surtout en Amérique du Nord.

 

fourmis maison

fourmis maison

Une recette simple pour repousser les fourmis maison peut être faite en ajoutant à un fond de bouteille (30 ml) de savon doux et liquide, les produits naturels suivants :

–          30 ml  de liquide de citronnelle,

–          30 ml de menthe pouliot,

–          30 ml de menthe,

–          30 ml de cannelle,

–          30 ml d’huile de rose

–          et 30 ml d’huile d’arbre à thé.

Mélangez ou mixez le tout et ajouter trois cuillères à soupe dans deux tasses d’eau. Vaporiser où les fourmis entrent dans la maison. Cette formule peut être utilisée pour laver les comptoirs dans la cuisine, mais utiliser uniquement une demi-cuillère à soupe dans deux tasses d’eau. Si vous n’avez pas un ingrédient, doublez un autre et essayez votre mélange sur les fourmis maison.

  • Pulvériser aussi les poubelles et le bac de recyclage, si les fourmis sont un problème autour.
  • Pour les fourmilières près de la maison, versez de l’eau bouillante dans le nid.

Fourmis maison, à l’intérieur

Une fois que les fourmis ont pénétré dans la maison, d’autres mesures doivent être prise. Les feuilles de menthe pouliot, tanaisie, et de menthe commune, éparpillées sur les surfaces où les fourmis maison sont trouvées, peuvent être utilisées comme un moyen de dissuasion.

  • Des feuilles de laurier sauce cassé en petits morceaux sont également efficace.

Certaines personnes ont trouvé un mélange d’ingrédients utiles pour repousser les fourmis. Une tasse d’eau avec un quart d’eau plus une cuillère à soupe de sauce piquante (piment le plus fort possible), un quart de tasse de savon liquide, et une cuillère à café de menthe poivrée en aromatisant. Mettre dans un flacon pulvérisateur et vaporiser où les fourmis pénètrent dans la maison.

  • Lavez les comptoirs avec une solution de vinaigre à égalité avec de l’eau est répulsif pour les fourmis maison.
  • Poudre de clous de girofle ou de piment rouge saupoudré sur la surface où les fourmis se baladent servent de répulsif excellent. Les fourmis sont extrêmement méticuleuses et elles  ne reviendront pas à l’endroit où elles peuvent avoir sur leurs pieds et leurs antennes des épices fortes.
  • Si ce n’est pas trop gênant, mettez du papier tue-mouches collant placé dans les endroits stratégiques permettra de coller des fourmis maison par centaines.
  • Peut-être l’une des substances les plus insolites utilisés qui décourage les fourmis de venir sur les étagères du cellier, sont des coquilles d’œufs brisées
  • Enfin, nettoyez tous les aliments après les repas car ce sont les miettes qui attirent le plus les fourmis maison.

Avez-vous d’autres idées à mettre ci-dessous dans les commentaires ?

Merci pour votre participation.

Bio votre, joe le jardinier

Publié dans Jardin bio, Recettes | Marqué avec | 2 commentaires

Le débroussaillage est-il écologique ?

Le débroussaillage inutile ?

Les travaux de débroussaillage peuvent sembler inutiles d’un point de vue écologique, mais dans cet article je vais vous prouver le contraire.

Débroussaillage naturel

L’idéal pour moi serait un débroussaillage fait de façon naturel. Certains ruminants ont cette capacité de manger tout ou presque et ainsi de recycler en fumier direct les ronces et autres adventices qu’ils brouteront allégrement. Cette façon de faire doit être recherchée d’autant plus que les animaux auront un régime équilibré en mangeant de tout dans un sous bois. Au final, de beaux animaux en pleine forme vous feront très certainement des petits en bonne santé dès la naissance. Les chévres semblent adaptées à presque tous les climats et particulièrement ceux arides. Elles mangent vraiment tout, au point où il faut quand même les contrôler pour ne pas qu’elles vous mangent les jeunes arbres, par exemple. Ils existent d’autres espèces comme les lamas, assez peu répandu dans nos régions, mais qui font aussi du bon boulot de débroussaillage.

Le débroussaillage mécanique présente le défaut majeur d’être fait à l’aide d’engins mécaniques à essence, donc polluants. Cependant, le débroussaillage dans certaines régions doit être exécuté, sous peine de feu de forêt majeur .

Quels avantages écologiques pour le débroussaillage ?

– le premier avantage majeur est d’éviter la propagation de feu dans nos forêts méditerranéennes. Outre la sauvegarde de nos maisons et la préservation des espèces végétales, rappelons qu’un gros feu de forêt va dégager plus de CO2 que la consommation de débroussailleuses.
– cela m’améne au deuxième point qui est la non libération de CO2 dans l’atmosphère. Oui, en broyant en morceaux ronces et autres buissons sur place, vous coincez le CO2 dans les débris qui vont pourrir sur place et s’intégrer à l’humus du sol. A condition que vous ne fassiez pas de brulis après le chantier. Vous éviterez en partie le réchauffement de la planète.
– vous allez favoriser la biodiversité qui va se redévelopper les deux années après le chantier. J’ai vu cela sur des bandes boisées envahies par les ronces et sous lesquelles plus rien d’autre ne poussait. L’année d’après, la biodiversité était minimum dix fois plus élevée. La lumière revenant sur la place débroussaillée, faisait germer les graines en dormance depuis fort longtemps. Avec le temps et la repousse, la biodiversité risque de diminuer. Il faudra revenir au même endroit tous les trois ans, voir quatre pour refaire le débroussaillage.
– un autre avantage sera de sélectionner de beaux et grands arbres pour valoriser la forêt, non seulement financièrement, mais aussi en biodiversité. En effet, certains oiseaux ou petits animaux ont besoin de grands arbres pour nicher et se reproduire. Laisser quelques vieilles souches permettra d’avoir une riche faune d’insectes et autres vers qui vont se reproduire dedans. Ils nourriront à leur tour des oiseaux qui se reproduiront allégrement avec toute cette nourriture. Evitez le monopole d’espèces d’arbres comme le pin en protégeant le développement d’espèces plus rares.

– le débroussaillage sur une surface nationale pourrait permettre l’embauche de plusieurs milliers de personnes avec des emplois non délocalisables. A ne pas négliger….

On pourrait trouver d’autres avantages, mais en conclusion, nous pouvons dire que le débroussaillage présente plusieurs facteurs écologiques et humains non négligeables, surtout si il est pratiqué sur de grandes surfaces. Il faudrait peut-être avoir une politique plus ferme pour imposer de tels travaux, mais cela ne m’appartient pas..

Et vous, comment voyez-vous le débroussaillage ?

Eco votre,

Joe le jardinier

 

Publié dans Travaux pratiques | Marqué avec | Laisser un commentaire

Les 5 méfaits du paillage

Paillage, oui mais …..

Aujourd’hui la mode est au tout écologique, et l’humain retombe dans ses vieux démons de l’excès, quand il redécouvre quelque chose. A entendre certains, il faudrait pailler partout, même sur vos terrasses…

Beaucoup vantent ainsi les mérites du paillage ou mulching en anglais. Ils ne jurent que par cela, en oubliant que toutes choses sur cette terre à des limites ou des effets indésirables. Pour moi, le maitre mot est équilibre.

En effet, le paillage, comme toute méthode humaine peut avoir des effets néfastes sur votre jardin et surtout sur vos plantes. Quels sont ces effets ?

En prenant différents types de paillage des feuilles sèches aux écorces d’arbres en passant par nos déchets de potager, je dénombrerais principalement cinq méfaits (non exhaustif) que j’ai constatés par moi-même :

 

1- En zone sèche, au moins une grande partie de l’année comme la Provence, votre paillage (herbes, feuilles, écorce) va devenir tellement sec qu’il ne se dégradera pas du tout et n’alimentera pas le sol en matière organique. La vie micro (bactéries) et macrobienne (ver de terre) du sol a besoin d’eau pour dégrader les matières organiques en humus accessible aux plantes. Si vous vouliez enrichir le sol avec votre paillage pour fournir de l’humus à vos cultures, ce sera complétement raté et au mieux reporté en hiver, période pluvieuse. De plus, le risque de feu de ce paillage sera très important avec les conséquences que vous connaissez sur l’entourage. Vous me direz, « arroses-le ton paillage », mais en plus du travail que cela représente, le geste me semble plutôt anti écologique par un gaspillage de la ressource en eau conséquente.

 

2- Pour un paillage trop important (plus de 10 cm d’épaisseur), celui-ci représentera un lieu idéal d’habitat pour des petits rongeurs comme les mulots qui se feront un plaisir de manger une partie de votre récolte et de ronger les écorces de vos jeunes arbres, mettant en péril la vie même de ces plantes et la pérennisation de votre verger. Quand vous avez un mulot, les dégâts sont moindres, mais quand vous en avez plusieurs dizaines, je vous laisse imaginer les dégâts.

 

Paillage , prolifération de nuisibles ?

3- Avec un paillage, il est évident qu’une prolifération de champignons va se faire à cause de ce lit de matières organiques en décomposition. Certes, il risque d’y avoir quelques champignons comestibles (sic), mais aussi des champignons microscopiques, tel que la tavelure ou les rouilles si tenaces. Quelqu’un peut soulever le fait que tout cela va s’équilibrer dans le paillage, mais malheureusement pas sur les plantes (fruitiers) qui seront vite dévorées par leur champignon ennemi préféré. Avec un légume vous perdez une année de récolte, mais avec un arbre fruitier, c’est plusieurs années d’efforts qui risquent de s’envoler. Hors de question de traiter avec des produits chimiques, donc réfléchissez avant de faire un paillage n’importe où !!

4- Une autre conséquence du paillage, c’est la prolifération d’insectes du sol, tel que les nématodes ou autres coléoptères nuisibles qui se feront une joie de percer et de grignoter les racines de vos carottes ou de vos patates. A un tel point, que les légumes en seront non seulement très disgracieux, mais aussi atteints, ensuite, par une pourriture nauséabonde. Encore une fois perte de récolte importante, voir totale.

Paillage , biodiversité fragile en chute libre ?

5- Enfin le paillage peut à long terme provoquer un appauvrissement en biodiversité de plantes endogènes. Les fameuses (dites) mauvaises herbes locales qui représentent la biodiversité du coin de campagne où vous vous trouvez, seront fortement gênées dans leur levée et multiplication. Bien sûr, je ne parle pas pour les plantes à très forte multiplication qui font des milliers de graines par plant (sétaire par exemple), mais plutôt pour des plantes à la multiplication fragile (orchidées françaises). Un risque sous-jacent étant de priver certains insectes polinisateurs de leur nourriture de base.

En conclusion, je dirais paillage oui, mais pas n’importe où, ni m’importe comment. Pas sur de grandes surfaces, ni avec n’importe quelle matière organique. Dans certaines cultures, je préfèrerais de loin un enfouissement de fumier ou autre M.O par un griffage de surface; qui réglerait, en grande partie, les 4 premiers problèmes évoqués, ci-dessus. Pour le dernier cas, une prairie enherbée dans un verger de fruitiers peut être un facteur extraordinaire de protection, voir multiplication de la biodiversité.

Avant de pailler, réfléchissez et adaptez selon votre culture. Poser votre question ci-dessous, sur votre paillage envisagé ?

Cordialement

Joe

 

Publié dans Conseils en jardinage | Marqué avec | 11 commentaires

Pailler vos bulbes à fleurs

Pailler vos bulbes à fleurs de printemps

A l’automne pour une très belle floraison.

Les bulbes à fleurs ont besoin d’un bon hiver long et de sommeil. Comme certaines personnes, nous le savons, s’ils se réveillent avant qu’ils ne soient complètement reposés, ils sont de « mauvaise humeur », et donc vos bulbes ne fleurissent pas bien du tout.

En fait, ce qui arrive quand l’hiver est trop doux, c’est que le sol reste trop chaud et les bulbes commencent à sortir de dormance trop tôt. Ils commencent à pousser, et une fois qu’ils émergent au-dessus du niveau du sol, ils sont soumis au gel, si les températures plongent en dessous de zéro. Et c’est généralement, ce qu’il se passe. Après que les bulbes sont apparues, ils gèlent et ne fleurissent pas du tout, ou s’ils fleurissent, c’est une floraison qui est très triste.

Une autre raison qui provoque la mauvaise floraison est que les bulbes peuvent ne pas être plantés assez profondément. Ils peuvent avoir été plantés assez profond, mais le sol passe par le processus de congélation et de décongélation, les bulbes peuvent réellement faire leur chemin dans le sol. Une façon de garder vos bulbes à fleurs dormir plus longtemps, ce qui va les protéger contre le gel, c’est de pailler le sol.

 

Des bulbes au chaud

À l’automne, il suffit d’appliquer 3-4 couches de paillis et de compost. Cette couche de paillis va faire un certain nombre de choses. Elle maintiendra une forte teneur en humidité dans le sol pour vos bulbes , ce qui est bon tant que le sol n’est pas trop détrempé. Pour cela s’assurer qu’il est bien drainé. Le compost et le paillis ajoutent une précieuse matière organique dans le lit de plantation des bulbes. La matière organique constitue un engrais naturel très compétent et complet sur de longs mois.

Les 3-4 couches de paillis agissent également comme un isolant. La couche de paillis permet que le sol ne gèle pas pendant un certain temps, ce qui est bien parce que vous ne voulez pas que les bulbes passent par une série de cycles courts de gel et de dégel. Puis, quand les températures descendent en dessous de zéro et y reste pendant un certain temps, le sol ne gèle finalement pas. Puis le paillis fonctionne réellement en marche arrière et maintient le sol de la fonte trop rapide du gel. Le maintenir dans un état congelé est vraiment bon parce que les bulbes restent en dormance pendant une plus longue période de temps. Bien sur dans ce cas les bulbes seront assez profond pour ne pas être atteind.

Bulbes bien protégés, belle floraison !!

Quand ils sortent de terre, c’est le printemps, et j’espère qu’au moment où ils sortent de terre le danger du gel dur est passé. Si vous pouvez les empêcher de geler, les bulbes vont fleurir magnifiquement. La couche supplémentaire organique aidera à nourrir les fleurs.

Au moment où le danger de gel est passé, il est temps de planter les annuelles, le sommet des bulbes, les feuilles, ont dépéri et sont prêts à être enlevés. Le paillis qui est ajouté à l’automne contribue également à nourrir les fleurs annuelles, ainsi que d’améliorer le sol de façon permanente. Chaque fois que vous ajoutez ainsi la matière organique en compost pour vos plates-bandes, vous êtes tenus de réaliser de multiples avantages. Les mots clés, pour votre jardin et vos bulbes, sont «bien composter ».

Jardinement votre

Publié dans Bulbeuses | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Le plaisir de jardiner

jardiner : tout un art

Ne vous forcez pas avec le passe-temps le plus rentable dans l’univers parce que vous pensez que c’est trop difficile à apprendre … Il n’en n’est rien!  jardiner est en passe de devenir le numéro un mondial du loisir, et avec toutes les dernières informations que nous avons à portée de main, le jardinage, comme une science naturelle, est amusant à apprendre et très enrichissant …

– jardiner vos propres fruits et légumes

– diminuer vos courses.

– être biologique en êtant gentil avec la planète, et avec votre corps.

– rester en forme et en bonne santé avec de l’exercice et de l’air frais.

– passez du temps de qualité à jardiner en famille en plein air.

– excercer votre esprit créatif

Et si cela ne suffit pas à faire, apprendre à propos des plantes de la nature dans toute sa splendeur. De l’arbre au plus petits champignons, il y a des millions de plantes à chercher, découvrir, jardiner et manger sans aucune chance de s’ennuyer!

Se creuser les méninges pour jardiner

Vous devez d’abord faire le premier pas.

Démarrez le jardinage, devenez un jardinier, profitez de votre jardin et commencez à le jardiner .

À partir de zéro? Laissez votre imagination courir. Debout au centre de votre jardin et imaginer .. fermer les yeux, si vous le souhaitez.   Ne vous retenez pas pour bien jardiner . Laissez couler vos pensées créatives. Que pouvez-vous faire avec votre espace? Ne vous imaginez pas un seul instant qu’une pelouse simple va vous laisser inactif. Une pelouse a besoin d’entretien et de la tonte régulière, de soins … etc. Pour toujours .. et cela peut devenir un peu ennuyeux à regarder juste ainsi! Que diriez-vous de jardiner à côté :

– un coin papillon ?

– un coin des fleurs sauvages ?

– un potager ?

des idées pour jardiner

– un jardin d’herbes aromatiques ?

– un plan d’eau ?

Ensuite, vous aurez besoin d’un hangar ou cabanon pour ranger vos outils pour jardiner . Où cela serait-il le mieux placé dans votre jardin? Ne perdez pas une position ensoleillée avec une structure de jardin. Hangars n’ont pas besoin d’être en plein soleil pour survivre! Mettez le dans un coin trop sombre et difficile à jardiner !!

Y a t-il assez d’espace pour placer des meubles de jardin? Plutôt que d’opter pour le cliché de quatre chaises sur un patio, pouvez-vous placer des bancs et des tables basses dans les coins semi-ombragés près d’un chèvrefeuille ou autour des herbes aromatiques?   Quand vous pensez que vous avez une idée raisonnable de tout ce que vous voulez de votre jardin, prenez des notes et réfléchissez pendant un certain temps avant de jardiner .

Ne sautez pas trop vite en besogne car le plus souvent vous allez finir par faire le même travail deux fois. Parcourez les catalogues de jardinage, prenez un peu de temps et faites un peu de planification pour bien le jardiner .   Mais pas trop longtemps! Ne laissez pas les idées se faner dans une autre pensée qui est « on va faire un jour ».   Si vous avez assez de budget pour acheter vos meubles de jardin et les structures, pensez à cela d’abord, et les placer dans votre jardin.

Ensuite, créez vos parterres de fleurs, des potagers à jardiner et des correctifs de la faune autour de ces structures.   Si vous n’avez pas trop d’argent en avance, ne vous inquiétez pas. Les choses que vous devez faire viendront petit à petit. Pour l’instant, préparer l’espace, comme si vous aviez le hangar, ou un banc ou autre chose, et travaillez autour de ces zones.   Démarrez tous les coins et les jardiner comme et quand vous le pouvez, ou lancer un coin et le terminer avant de passer au suivant.

 

jardiner les fruits

 

Jardiner une science

Comment vous allez jardiner dans votre jardin dépend d’un certain nombre de choses :

– la dimension de la parcelle et du budget

– des mains secourables disponibles

– des saisons et de la météo.

– des jours de congés et des niveaux d’énergie que vous avez !

Traiter le jardinage comme un passe-temps continu plutôt qu’un projet à commencer et à terminer. Les plantes sont des formes de vie et elles vont changer la forme et la sensation de votre jardin continuellement. Il y a des endroits à tailler fortement par exemple!

Faites jardiner les enfants en les initiant à la germination rapide des graines faciles comme le persil ou les radis et des plantes à croissance rapide. De nombreux détaillants offrent des mélanges de semences spéciales pour les enfants.  Renseignez-vous sur les fleurs comestibles et enseigner aux enfants ce qui peut et ne peut pas être mangé – et pourquoi.

Ne laissez pas l’herbe pousser sous vos pieds. Passez à l’action dès maintenant. Éteignez le téléviseur, mettez vos bottes en caoutchouc et sauter dans la nature pour la jardiner!

Jardinement votre

Joe le jardinier

Publié dans Conseils en jardinage | Marqué avec | 4 commentaires